Ca y est les températures remontent…mais est-ce vraiment une bonne nouvelle ?

Pour changer un peu de la crise économique, si l’on reparlait de la crise climatique et du réchauffement de la planète ? C’est vrai que je me suis promis de ne pas parler que de choses déprimantes sur ce blog, mais je suis tombé par hasard sur cette vidéo de la NASA que j’ai trouvée assez intéressante, surtout en cette fin de période de grand froid….En l’espace de 30 secondes, on peut voir défiler, pour la période 1880 à 2011 et sur l’ensemble de la Terre,  les écarts de températures par rapport à une température moyenne de référence prise au milieu du 20ème siècle.

embedded by Embedded Video

Ca permet de bien visualiser le fait que, depuis une trentaine d’années, l’écart avec ce niveau de référence augmente partout sur Terre de manière spectaculaire, ce que confirme ce graphique (cliquez dessus pour mieux le voir) :

Les 10 dernières années notamment ont été particulièrement chaudes, avec un record atteint pour l’instant en 2010. Pour la France, la tendance est la même, et d’ailleurs 2011 y a été l’année la plus chaude depuis 1900 (et de façon quasi-certaine depuis au moins 1680…), avec 2°C de plus que sur la période 1951-1980. Elle détrône le précédent record de 2003 (+ 1,8 °C), l’année de la grande canicule. Enfin, pour Paris, c’est encore plus spectaculaire sur ce graphe des températures moyennes depuis 1675 (qui n’existe pas pour toutes les villes) !

Du coup, quitte à reparler de climat, je continue avec un article publié dans le Wall Street Journal, par un groupe de scientifiques sceptiques sur les causes humaines du réchauffement climatique, qui s’intitule « Pas besoin de s’inquiéter au sujet du réchauffement climatique ». Il explique grosso modo que rien de ce qu’on sait pour l’instant n’oblige à consentir des efforts financiers pour tenter de réduire nos émissions de carbone…pour lire l’article, cliquez ici. Evidemment, parmi les auteurs (qui ne sont pas des spécialistes du climat), on retrouve notre Claude Allègre national qui n’en rate jamais une pour dire n’importe quoi.

Sur le site Contre Info, on trouve la lettre de réponse rédigée par des climatologues, à lire ici. J’extrais juste un passage : « Une étude a montré que plus de 97% des scientifiques publiant activement dans le domaine conviennent que le changement climatique est réel et qu’il est d’origine humaine. Il serait fort imprudent pour tout dirigeant politique de ne pas tenir compte du poids de la preuve et d’ignorer les risques énormes que pose clairement le changement climatique. »

Quoi qu’il en soit, une fois de plus, dans un journal dit « de référence », la même place a été laissée à des sceptiques peu (ou pas) compétents qu’à des climatologues qui travaillent sur cette question depuis des dizaines d’années. Et c’est la même chose depuis longtemps, comme le montre de façon très nette ce graphe qui résume 14 ans de traitement médiatique de la question de l’origine du réchauffement planétaire par la presse américaine.

Et la conséquence de ce traitement médiatique soi-disant équilibré des points de vue scientifiques est que le scepticisme de la population sur les origines humaines du réchauffement est en grand décalage avec le quasi consensus scientifique sur la question. On peut le constater sur le sondage ci-contre, qui concerne les Etats Unis en 2009, mais ça vaut sûrement aussi pour la France.

De surcroît, cet écart a tendance à augmenter depuis 3-4 ans, avec une vraie offensive médiatique des sceptiques, dont les idées gagnent du terrain dans les consciences. Et comme par ailleurs, depuis le début de la crise économique, il est difficile de trouver des articles sur le sujet, que les politiques en parlent de moins en moins, le doute s’est installé dans les esprits. Je pense que beaucoup de gens se disent tout simplement que si on n’en parle plus c’est que ce n’était pas si grave…

Pour résumer tout ça, je conseille d’écouter cette courte intervention de Jean-Marc Jancovici, ingénieur spécialisé dans les questions liées au changement climatique, qui critique les médias pour leur façon de mettre en scène un pseudo-débat entre sceptiques et climatologues, qui crée le doute dans les esprits, au lieu de vulgariser pour le plus grand nombre les éléments sur lesquels la communauté scientifique a déjà acquis de grandes certitudes.

embedded by Embedded Video

Recommandation d’articles à lire pour approfondir la question : 

– sur l’évolution des températures jusqu’en 2011 : ici

– sur la question du traitement du sujet par les médias : ici

– et en bonus, une interview de Hulot qui s’inquiète de l’absence du sujet pendant la campagne présidentielle française : Interview de Hulot

 

Comments are closed.