Category Archives: Economie

Un petit mot sur la Grèce et sa probable sortie de l’euro

Pour ce premier article sous la présidence Hollande, je voulais rapidement évoquer la Grèce, très proche de la sortie de l’euro suite aux élections législatives du week-end dernier, sujet sur lequel je reviendrai plus longuement prochainement.

Continue reading

Quelques réflexions d’entre-deux-tours sur le débat Hollande – Sarkozy, et le score du FN

Pas facile de rebondir après ce premier tour un peu décevant en ce qui me concerne, parce que j’espérais quand même mieux pour le Front de gauche, afin qu’en cas de victoire de Hollande il puisse peser plus sur les orientations qui seront prises. Décevant aussi, bien sûr, de voir qu’énormément de gens dans les classes populaires ont encore voté Front National ou Sarkozy plutôt qu’à gauche, mais j’y reviendrai plus loin. Pas facile enfin de se motiver pendant ces deux semaines d’entre-deux-tours, surtout quand, en plein redémarrage espagnol de la crise européenne, les débats de fonds nécessaires sur cette question centrale pour notre avenir sont quasi inexistants, ou se résument à des odes à la croissance, et qu’à la place Sarkozy se lance dans une course lamentable à la récupération des voix de Marine Le Pen. Continue reading

Les marchés et l’Europe ou une politique de gauche (article 2/2)

Suite et fin de mes commentaires à propos de l’interview de Nicolas Doisy (Chief economist chez Chevreux) par François Ruffin, sur les élections, Hollande, la pression des marchés. Dans ce deuxième article, il sera surtout question du choix que devrait faire Hollande, d’après Doisy et dans le cas où il serait élu, entre l’Europe libérale et l’austérité ou la mise en œuvre d’un programme de gauche.
A la fin du précédent article, j’en étais resté au fait que pour Doisy c’était évident, comme Mitterrand en 83, Hollande choisirait l’Europe et devrait trouver une formule pour vendre ce renoncement à ses électeurs de gauche. Continue reading

Les marchés et l’Europe ou une politique de gauche ? ( article 1/2)

Le premier tour approche, les bons scores de Mélenchon au premier tour et de Hollande au second se confirment, même si rien n’est fait je pense, il peut encore y avoir des surprises dans les deux cas. Je voulais quand même reparler d’Europe avant ce vote de dimanche, pas pour faire un comparatif serré de tous les programmes comme certains lecteurs le souhaitaient (désolé !), mais pour reparler de la difficulté qu’aurait un éventuel président de gauche à mener une politique de gauche, voir même à juste préserver le modèle social actuel, sous la pression conjointe de l’Europe et des marchés. Continue reading

Circus Politicus, quelques entretiens avec les auteurs

Pour en savoir plus sur certains thèmes du bouquin que j’ai évoqués, je vous conseille ci-dessous quelques interviews ou interventions des 2 auteurs.

1) Deloire chez Mediapart, un bon tour d’horizon des sujets du bouquin (15 mn)

C’est l’interview la plus complète, durant laquelle Deloire a le temps de revenir sur la plupart des sujets du livre.

Il explique notamment que si l’on connaît peu le fonctionnement des institutions européennes, c’est entre autre parce que les journalistes français en poste à Bruxelles, étonnamment de moins en moins nombreux au fur et à mesure que l’Europe prend de l’importance, sont à 99% des pro-européens et vivent en osmose avec les responsables européens, les experts, les lobbys basés à Bruxelles, etc.. Certains d’entre eux sont d’ailleurs devenus chargés de communication ou des relations avec la presse au sein de l’UE. Difficile dans ces conditions de garder une distance critique. Continue reading

Circus Politicus, un livre passionnant sur l’architecture du pouvoir

Pour changer un peu, je voudrais cette semaine recommander le livre Circus Politicus, sorti en ce début d’année, et que j’ai trouvé vraiment passionnant. Il est écrit par deux journalistes français connus pour leur goût pour l’enquête et l’investigation, Christophe Dubois et Christophe Deloire.

1) De quoi parle ce bouquin ?

Pendant plus de deux ans, ces deux journalistes ont mené une enquête approfondie en France, en Europe et dans le monde, dans un grand nombre de lieux de pouvoir que nous connaissons très mal (ou pas du tout), et sur lesquels les citoyens et leurs élus ont de moins en moins de moyens de contrôle démocratique. Continue reading

75% de Hollande, quelques éléments complémentaires

Suite et fin aujourd’hui de l’article sur la mesure annoncée par Hollande de créer une tranche marginale de l’IR à 75%. Après avoir passé le premier article à montrer que cette mesure ne concernerait qu’un cercle très étroit de grandes fortunes, et qu’elle aurait pour ces dernières des conséquences bien plus faibles qu’annoncé dans les médias, je dois maintenant avouer que tous ces calculs théoriques sont en fait très loin de la réalité…car si aujourd’hui la tranche marginale de l’impôt sur le revenu est de 41%, les très hauts revenus paient en fait beaucoup moins que ça…ils paient même beaucoup moins que vous et moi…

Aux Etats-Unis, cette problématique a été mise en avant par le milliardaire américain Warren Buffett, qui avait constaté qu’en 2010, son taux d’imposition représentait 17,4% de ses revenus imposables, alors que celui des 20 personnes travaillant dans son bureau était compris entre 33% et 41%. Considérant que cette situation était économiquement aberrante, il demandait une vraie réforme fiscale, avec la création de tranches d’imposition nouvelles pour les revenus supérieurs à un million de dollars. Etonnamment, Maurice Levy n’évoquait pas cette question lors de son appel héroïque à être exceptionnellement un peu plus taxé…pourtant le même phénomène a lieu en France avec une dégressivité de l’imposition au delà d’un certain niveau de revenus. Continue reading

Le chiffre du mois : 75 %

Encore une tentative de nouvelle rubrique sur ce blog, sachant que pour l’instant je n’en respecte aucune…en tout cas, histoire de quitter un peu l’Europe et de revenir à la campagne électorale, je voulais rebondir sur une proposition de Hollande qui a fait beaucoup de bruit depuis 15 jours, la création d’une nouvelle tranche d’impôt sur le revenu à 75%, pour les revenus supérieurs à 1 million d’euros annuels.

Entre le gouvernement, le MEDEF, la Fédération française de foot, et quelques éditorialistes qui n’en ratent pas une, on a eu droit au florilège habituel de contre-vérités (le mot confiscation a fait le tour très vite) et de menaces sur le fait que nos chers riches allaient tous prendre le premier train pour la Suisse en cas de victoire de Hollande. Continue reading

MES : le mot de la fin (provisoire) par Mario Draghi

Je cherchais une façon de conclure cette série sur  le Mécanisme Européen de Stabilité et le Traité budgétaire associé, quand je suis tombé sur cette interview édifiante de Mario Draghi dans le Wall Street Journal (voir ici en anglais).

Je rappelle juste que Mario Draghi est devenu président de la Banque Centrale Européenne en novembre, succédant ainsi à notre cher et bien-aimé Jean Claude Trichet. Je ne reviens pas sur son parcours personnel, qui avait été très commenté lors de sa prise de poste, notamment parce qu’il sortait de Goldman Sachs chez qui, apparemment, il avait été associé au maquillage des comptes de la Grèce…voir cet article notamment. Continue reading

MES la suite : les réactions politiques

Comme promis, après avoir présenté le Mécanisme Européen de Stabilité et expliqué pourquoi un enjeu aussi important devrait faire l’objet de grands débats voire de référendum, je fais un petit récap dans ce deuxième article des positions des différents partis sur ce MES. A 2 mois de l’élection, cela me semble important de savoir à quoi s’en tenir sur ce sujet. Continue reading

MES : vous avez tout suivi ?

Est-ce que vous êtes au courant du fait que, mardi dernier à l’Assemblée et hier au Sénat, en toute discrétion, les parlementaires français ont voté pour l’instauration d’un Mécanisme Européen de Stabilité ? Et qu’il s’agit d’une décision très importante pour notre avenir, qui nous emmène tout droit vers plus de rigueur et moins de souveraineté, sans même qu’on ait le temps d’en discuter, d’y réfléchir, d’en débattre ? Continue reading

Revue de presse du vendredi : le plan « d’aide » à la Grèce et les mesures ultralibérales qui vont avec

Et oui, nouvelle rubrique avec cette revue de presse du vendredi, qui devrait avoir lieu aussi souvent que possible le vendredi…mais je préfère quand même pas trop m’engager là-dessus…

Pour cette première, j’évoque quelques articles et vidéos sur un sujet dont j’ai déjà pas mal parlé, la crise grecque et plus généralement européenne.    Je continue à en parler, d’une part parce qu’en France la campagne électorale est dans une sorte de vide absolu, et donc commenter le dernier sondage, les meetings de Hollande ou Sarko ou le clash Mélenchon-Le Pen ne m’intéresse absolument pas. D’autre part, parce que je pense que ce qui se passe en ce moment en Europe est beaucoup plus important pour notre avenir. La perte progressive de souveraineté des pays « aidés » rend le choix entre la gauche et la droite quasiment anecdotique, la rigueur sympa et juste de gauche n’étant que peu différente de la bonne vraie rigueur de droite…donc personnellement c’est sur leur position européenne que je jugerai les candidats plus que sur le reste. Continue reading

Vidéos du week end : la crise grecque

Depuis le début de l’année, et sans surprise puisque rien n’avait été réglé en 2011, la question de la crise grecque est revenue sur le devant de la scène, avec son lot d’images d’émeutes, de reportages sur la difficulté de la vie sur place, de clichés sur les grecs paresseux, et en parallèle toujours la seule et même « solution » mise en avant, la rigueur, toujours plus de rigueur, malgré l’échec absolu de cette stratégie et le mur dans lequel elle est en train de mener la Grèce puis l’Europe toute entière.

Du coup, j’avais prévu de faire une petite revue de presse d’articles de la semaine sur le sujet, et puis je suis tombé sur une vidéo d’un économiste que je ne connaissais pas, Gaël Giraud, qui intervenait en décembre 2011 dans un colloque et j’ai trouvé ça vraiment très intéressant et pédagogique.

Cet économiste, que je suis ravi de découvrir,  a un parcours atypique : chercheur en économie au CNRS, il a pendant quelques temps travaillé pour une banque d’investissement, puis est devenu jésuite (pour s’en repentir ?) et a développé ensuite des analyses sur la réforme du système financier et bancaire, ainsi que des réflexions sur le protectionnisme européen.

Dans cette intervention, il présente de façon très claire et argumentée la situation gravissime que traverse l’Europe depuis 2 ans, l’échec des solutions mises en oeuvre, les intérêts ou raisons qui conduisent à ce blocage (aveuglement idéologique des responsables européens, refus de l’Allemagne de monétiser les dettes et d’être solidaire des pays du sud, poids du lobby bancaire), ses recommandations à court terme pour stopper cette spirale récessionniste (défauts sur une grande partie des dettes, monétisation)  et  également ses propositions pour relancer l’Europe à plus long terme (financement par la BCE de la transition écologique et énergétique, dans le cadre d’un protectionnisme européen).

embedded by Embedded Video

C’est clair non ? Plus largement, ce que je trouve complètement fou, c’est qu’après deux ans de politiques de rigueur qui se traduisent (comme prévu…) par des récessions de plus en plus fortes Continue reading

Jean-Claude Trichet, 10 ans au service des plus démunis ?

François Ruffin est journaliste sur France Inter, notamment pour l’émission « Là-bas si j’y suis » de Daniel Mermet.  Pour le présenter, je dirais que c’est un peu un Mickaël Moore à la française, sans la casquette Nike et le verre de Coca XL. Mais lui aussi manie l’humour et l’ironie, et il se donne un style faussement naïf qui permet de poser les questions qui fâchent.

Bref, j’aime beaucoup ce qu’il fait et là, en fin d’année dernière, il avait réalisé une série de reportages passionnants à Francfort, sur la Banque Centrale Européenne.   Une BCE que l’on connaissait assez mal je trouve, malgré son importance et les pouvoirs dont elle dispose, jusqu’à la crise financière puis européenne de 2008. Elle s’est retrouvée depuis sur le devant de la scène, d’abord lors du sauvetage des banques, puis pour préconiser (et imposer) des plans de rigueur aux populations européennes.

J’ai extrait de ce reportage de Ruffin l’un des moments forts, son interview de Jean Claude Trichet, quelques jours avant la fin de son mandat de président de la BCE. Ruffin récapitule d’abord le parcours de Trichet depuis 30 ans, du cabinet de Giscard à Francfort, en passant par Bérégovoy et Balladur :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

L’entretien en lui-même est ici :

embedded by Embedded Video

C’est vraiment un entretien passionnant, d’abord parce que l’on n’entend pas si souvent Trichet, encore moins se faire secouer par un journaliste, mais surtout parce qu’il est le technocrate européen par excellence, encensé aussi bien par la gauche que par la droite depuis le début de son mandat. Soi-disant  apolitique, il prétend se contenter de remplir une mission de maintien de la stabilité des prix au bénéfice de tous, dans le seul but de retrouver la croissance, diminuer le chômage, etc…Or Ruffin veut justement montrer le contraire : que sous couvert d’indépendance et de neutralité, de mesures techniques sur les taux d’intérêts que pas grand monde ne comprend,  en fait pendant 10 ans, crise ou pas crise, il a mené lui-même ou préconisé aux gouvernements des réformes structurelles d’inspiration clairement néolibérale : privatisations, stagnation des salaires (mais pas des profits financiers…) pour éviter l’inflation, dérèglementation financière, baisse des charges sociales pour les entreprises, flexibilisation du marché du travail, etc… D’ailleurs, Trichet ne s’en défend même pas dans l’interview, Continue reading

Nouveau départ, nouvelle vidéo de Lordon

Voilà, après une petite semaine de galère pour passer de l’ancien site à celui-ci, le blog est de nouveau opérationnel, ce qui va ravir ses milliers (dizaines..) de fans désemparés par cet arrêt soudain…

Du coup, comme c’est en quelque sorte le 2ème lancement officiel de ce jeune blog, je me sens obligé de réattaquer par du Lordon…parce que quand même, si je me suis lancé dans ce blog, c’est en grande partie grâce à cet économiste de la gauche critique, à ses analyses des structures du capitalisme financiarisé qui m’ont passionné, à la limpidité de son propos, à la façon dont il allie critique radicale et propositions concrètes de changement.

Parce qu’avant de le découvrir en 2005-2006, après 15 ans de  Nouvel Obs ou de Libé, je pensais grosso modo que les socialistes avaient toujours fait leur possible pour tenter de « réguler » la mondialisation (mais qu’il fallait de toute façon s’y adapter), qu’ils se battaient pour que l’on ait une Europe « sociale » (même s’il fallait d’abord en passer par une Europe libérale), qu’être contre l’Europe c’était être contre la paix et les étrangers…bon, bien sûr, j’étais déjà exaspéré par les renoncements de Jospin, l’enthousiasme libéral de Strauss Kahn, roi de la privatisation et des stock-options dans les années 2000, par leur admiration du social-libéralisme à la Tony Blair…mais je me disais que la droite c’était pire, et je ne me reconnaissais pas dans les discours indignés mais imprécis voire caricaturaux de l’extrême gauche..donc je continuais à suivre de façon disciplinée, mais sans grande conviction, le troupeau socialiste …

Et puis j’ai entendu Lordon dans une émission, par hasard, et en 30 minutes j’en ai appris plus qu’en 15 ans d’explications d’Elie Cohen ou d’éditos de Laurent Joffrin. J’ai découvert notamment que l’une des lois les plus importantes de ces 20 dernières années en France avait été la loi de déréglementation financière de 1986, et que c’était la gauche qui l’avait votée…et beaucoup d’autres choses qui ont peu à peu fait évoluer mon regard sur les socialistes, mais aussi qui m’ont permis de mieux comprendre tout simplement le système dans lequel on vit aujourd’hui et la façon dont il s’est construit.

Voilà j’y reviendrai sûrement, mais je (re)commence donc ce blog par une vidéo inédite de Lordon, extraite d’un documentaire passionnant de 2005 qui n’a pas pris une ride, intitulé « Ma mondialisation » de Gilles Perret.

embedded by Embedded Video

YouTube Direkt

Ce documentaire décrit les ravages de la mondialisation pour une multitude de PME familiales en Savoie, qui Continue reading